Assainissement Collectif

L’assainissement collectif est encore souvent appelé le « Tout à l’égout ». Ce terme aujourd’hui n’est plus utilisé car nous cherchons à séparer les rejets en fonction de leur destination et de leur traitement final. Les constructions sont raccordées à des réseaux publics séparés pour l’eau pluviale et l’assainissement.

L’eau pluviale est collectée séparément pour être dirigée vers le milieu naturel (infiltration dans le sol, ou rejet en rivière). La compétence de cette gestion est communale.

La communauté de communes gère la collecte, le transfert ainsi que le traitement de l’assainissement à la station d’épuration de Villers-Écalles. Le réseau de collecte permet de traiter un peu moins de 2 millions de m3 d’eaux usées par an. La station d’épuration ou usine d’assainissement est dimensionnées pour 41 200 équivalents /habitants par temps de pluie.

Seule la commune de Blacqueville possède son propre système de gestion des eaux usées via une lagune plantée.

La gestion de l’ensemble du service est déléguée à la société Eaux de Normandie de Maromme avec du personnel à demeure à la station d’épuration. Ces personnes gèrent les raccordements des habitations, les contrôles, mais aussi l’entretien des canalisations et de l’usine.

Pour tout problème ou pour faire un signalement vous pouvez contacter directement Eaux de Normandie au 0969366266 ou l’usine au 02 35 92 30 27.

L’Usine d’assainissement de Villers-Ecalles

Cette usine construite autour des années 2010 traite les rejets de la majorité de notre territoire mais également une part des territoires voisins. La Métropole ROUEN Normandie rejette les effluents des communes de St Pierre de Varengeville, St Paer et Epinay sur Duclair. La commune de Roumare fait aussi traiter ces rejets dans cette usine.

Le fonctionnement de cette usine est appelé à « boue activée ». Il comprend 5 grandes étapes avant le rejet vers la rivière Austreberthe.

1/ Le Prétraitement consiste par des grilles et des tamis à éliminer les corps les plus gros qui sont ensuite traités avec les ordures ménagères.

2/ Le dessableur dégraisseur permet de séparer les sables et gravillons des huiles et des graisses. Les ables seront lavés puis réutilisés dans les voiries ou dans les tranchées. Les graissent seront traitées par des bactéries.

3/ la décantation est la principale étape de dépollution ou l’effluent tourne dans un très grand bac dans le quel on injecte de l’air sous pression depuis le plancher. Cette étape permet d’une part alimenter en air frais les bactéries pour qu’elles consomment un maximum de déchets. Et d’autre part elle sert à concentrer les polluants pour qu’ils s’alourdissent et soient collectés au fond de l’installation. On collecte alors cette boue en fond de bassin pour la déshydrater et enfin après contrôle pouvoir l’épandre en agriculture.

4/ le clarificateur est l’équipement qui permet un traitement de finition avec la encore une nouvelle collecte en surface des graisses restantes et en fond des dernières boues.

5/ le décanteur lamellaire est l’ultime étape avant le rejet final. Il permet en temps normal d’améliorer encore un peu la qualité du traitement. L’eau en montant le long de lamelles inclinées à 45° élimine ses dernières impuretés qui finiront coller aux parois avant de tomber au fond de l’équipement pour être collectées. Mais il trouve surtout son intérêt lors des forts orages ou de panne d’une partie de l’usine car il est capable de réaliser une part importante des traitements précédents en mode dégradé.

La lagune plantée de Blacqueville

Cette installation a été réalisée en 2016 par le syndicat de Fréville. Elle utilise une autre technique de traitement de l’assainissement.

1/ Il existe également une étape de prétraitement comme ci-dessus avec des grilles.

2/ Mais ensuite les eaux sont épandues successivement dans 3 filtres plantés de roseaux et plantes du même genre. Ces roseaux sont plantés sur une épaisse couche de sable. L’eau doit alors traverser cette couche, elle perd ainsi ces impuretés qui servent à alimenter les plantes.

3/ L’opération ci-dessus est renouvelée sur 2 nouveaux filtres

4/ Enfin les eaux sont orientées vers des fossés d’infiltration pour être absorbées par le sol.

Demande de raccordement

Pour toute demande de raccordement, vous devez en faire la demande à Eaux de Normandie. Vous trouverez ci-dessous le formulaire à remplir pour faire cette demande. Vous devrez joindre à cette demande un plan de masse indiquant la position de branchement eaux usées ainsi que le dispositif de gestion des eaux pluviales. En aucun cas les eaux pluviales ne pourront être rejetées dans le réseau d’eaux usées. Ces dernières doivent être gérées sur la parcelle sauf disposition contraire, elles seront dans ce cas raccordées à un réseau spécifique.

Vous trouverez toutes les informations de contact et de demande de raccordement dans le document téléchargeable ci-dessous.

Toutes les habitations neuves se raccordant au réseau d’assainissement donnent lieu au paiement d’une taxe : la Participation pour le Financement de l’Assainissement Collectif. (PFAC). Pour les branchements effectifs à partir du 1er mai 201, le montant est de 1000 € pour une construction individuelle neuve.

La commune de Goupillières, est également soumise à la PFAC, mais cette dernière sera réclamée par le SMAEPA de la région de Sierville. Son montant est de ??? € pour l’année 2023 pour les constructions individuelles.

Contrôle obligatoire en cas de vente.

En cas de vente d’une habitation, d’un immeuble ou d’un bâtiment il doit impérativement être contrôlé par le service Assainissement. Cela permet de rassurer l’acheteur et de lui garantir un achat en connaissance des conditions de raccordement au réseau d’assainissement.

Revenir en haut de page