Déchets alimentaires et déchets verts

Les déchets alimentaires et les déchets verts entrent dans la catégorie des biodéchets.

Qu’est-ce que le biodéchet ?

Les biodéchets sont : « Les déchets non dangereux biodégradables de jardin ou de parc, les déchets alimentaires ou de cuisine provenant des ménages, des bureaux, des restaurants, du commerce de gros, des cantines, des traiteurs ou des magasins de vente au détail, ainsi que les déchets comparables provenant des usines de transformation de denrées alimentaires. »

Définition du code de l’Environnement.

Une partie de ces déchets peut être évitée, par exemple, en luttant contre le gaspillage alimentaire.

Le reste de ces déchets peut et doit être valorisé spécifiquement, pour garantir une bonne qualité de traitement. De plus, c’est un gaspillage que de les éliminer par incinération alors qu’ils représentent une ressource importante en matière et en énergie.

Les biodéchets représentent encore un tiers du contenu de la poubelle résiduelle, c’est-à-dire un tiers des déchets qui ne sont pas triés par les ménages. C’est un déchet qui peut être limité ou valorisé et ainsi, éviter, un coût environnemental et financier important pour tous.

Tous les ménages devront disposer d’une solution qui leur permettront de trier leurs déchets biodégradables à partir du 1er janvier 2024. L’objectif est de valoriser, sous forme de compost ou de combustible (méthanisation), ces biodéchets constitués pour l’essentiel d’épluchures, produits de cuisine et restes de repas, au lieu de les brûler, afin de réduire la production de gaz à effet de serre.

Les déchets alimentaires

Notre poubelle contient 30% de déchets alimentaires (restes alimentaires, déchets de cuisine). Depuis décembre 2022, une expérimentation est en cours sur les communes de Barentin, Pavilly et Villers Ecalles pour permettre de trier ces déchets alimentaires.

Deux solutions sont proposées sur le territoire, en fonction du type d’habitat, les habitats collectifs ou individuels.

Les habitats collectifs

5 abris bacs sont ainsi disponibles : résidence St Framehilde, rue richard Queillé et pour l’hôpital de Barentin, avenue Jean Jouvenet sur Pavilly et route de Duclair sur Villers Ecalles. Les abris bacs sont collectés et lavés une fois par semaine pendant l’année et deux fois par semaine en période estivale (mi-septembre).

Vos déchets alimentaires sont amenés à Cléville dans un méthaniseur pour faire du gaz vert qui sert à chauffer des habitations ou des bâtiments agricoles.

Vous habitez ces quartiers ?

– Vous avez une carte de déchèterie et vous habitez en logement collectif sur les communes de Barentin et Pavilly ? 

Venez récupérer un bioseau pour récolter vos déchets alimentaires au siège de Caux-Austreberthe. Puis, nous activerons votre carte de déchèterie pour qu’elle puisse ouvrir l’abri bac.

– Vous n’avez pas de carte de déchèterie ?

Venez la faire directement au siège de la Communauté de communes ou faites votre demande en ligne (formulaire demande de badge en déchèterie.pdf). Venez également récupérer le bioseau.

Depuis décembre 2022, 4.5 tonnes de déchets alimentaires ont ainsi été valorisés.

Les habitats individuels

La solution proposée consiste en la dotation d’un composteur gratuit.

2 422 foyers des 7 communes rurales ont été dotés d’un composteur d’une capacité adaptée à la composition familiale et à la superficie du jardin, d’un bioseau et de conseils adaptés disponibles ici. [memo compost]

A l’échelle des 9 communes comprenant Barentin et Pavilly, 30% des foyers individuels sont équipés.

A l’horizon 2024/2025, les 5 000 foyers individuels des communes de Barentin et Pavilly disposeront progressivement d’un composteur individuel pour réduire leurs biodéchets.

Retrouvez ci-dessous le calendrier de dotation des composteurs :

Les déchets alimentaires des établissements scolaires primaires

18 écoles au sein des communes de Barentin, Blacqueville, Emanville, Pavilly, Sainte-Austreberthe et Villers-Ecalles ont adhéré au dispositif de collecte des biodéchets progressivement depuis septembre 2021. En 2022, 19.22 tonnes ont ainsi été valorisées en méthanisation à Cléville à la SCEA du Mont aux roux pour produire du biogaz servant à cahuffer les bâtiments agricoles ou aux transports scolaires. 19 tonnes de biodéchets équivalent à 1 406 litres d’essence obtenus avec des actions de raffinage.

Le broyeur à végétaux

Un broyeur à végétaux est disponible depuis décembre 2022. Il permet le traitement « in situ » de notre production de déchets verts : ces derniers sont broyés directement déchèterie par les agents, pour obtenir un broyat.

Le fait de broyer directement nos végétaux accentue la diminution de nos tonnages à transférer puis à traiter par notre syndicat de traitement et de garder localement notre broyat. Le branchage représente environ 30% de l’ensemble des végétaux à traiter en déchèterie. Les usagers peuvent récupérer du broyat tout au long de l’année sous réserve de disponibilité.

Qu’est-ce que le broyat ?

Le broyat consiste à réduire sous forme de copeaux les déchets verts issus de la taille et l’élagage. Les avantages du broyat pour paillage sont les suivants :

–          Eviter l’évaporation de l’eau, conserver l’humidité du sol et limiter les besoins en arrosage

–          Eviter la croissance des mauvaises herbes

–          Protéger le sol de la hausse des températures et des fortes précipitations

–          Empêcher la formation d’une croûte en surface des sols limoneux

–          Abriter les insectes utiles au jardin en favorisant l’activité biologique au sol.

–          Mettre en valeur les aires de plantations et les zones fleuries

–          Protéger les troncs des blessures causées par les tondeuses et coupes bordures

–          Contribuer à enrichir le sol à long terme après décomposition du paillis.

Le broyeur à végétaux se rend au sein de vos communes

Au printemps et à l’automne, les usagers des 7 communes rurales bénéficient de la présence du broyeur pour y apporter leurs branchages et repartir avec le broyat. Cela permet de diminuer les apports en déchèterie et réduire l’empreinte carbone liée aux déplacements.

Revenir en haut de page